Les micro-influenceurs du Web

Ils seraient capables de nous influencer. Dʹune simple photo, dʹun simple statut ou dʹune histoire sur les réseaux sociaux, les influenceurs seraient les nouvelles bottes secrètes de la publicité et des agences de marketing. En quête de pertinence, de rentabilité, dʹauthenticité, les stratèges numériques sont aussi en quête de micro-influenceurs : une façon de se dédouaner des algorithmes des géants du Net? Lʹidée de « preuve sociale » prend là une toute autre ampleur. J’ai été invité à en parler avec les chroniqueuses Coraline Pauchard et Pauline Seiterle dans l’émission 6h-9h Le Samedi de la RTS La Première en ce samedi matin à 8h30.

brains61

Publicités

Le quantified self: récompenser et punir

Le « quantified self » désigne la mesure dʹactivités corporelles, telles que le nombre de pas effectués et certaines fonctions de lʹorganisme. Dʹabord destiné à l’optimisation des pratiques sportives, les outils se sont répandus et peuvent à présent donner des indications sur lʹétat de santé ou les éventuels risques de maladie. Quʹest-ce que cette tendance révèle de notre manière dʹappréhender notre corps et notre santé ? Quels sont les dangers inhérents au traitement dʹinformations touchant à la santé ? Ce sont les questions que j’ai pu aborder lors de mon interview à l’émission Tribu de la RTS Première.

brazil_primary

 

 

Enseigner avec WhatsApp

Un enseignant peut-il utiliser WhatsApp pour communiquer avec ses élèves? C’est un outil certes très pratique qui n’a pas son équivalent dans les outils pédagogiques proposés par les écoles. Mais n’y a-t-il pas un risque de confusion entre sphère scolaire et sphère privée du côté des adolescents? Je m’exprime à ce sujet dans le reportage produit par Simon Corthay, diffusé dans l’émission La Matinale de RTS La Première, aux côtés de la conseillère d’Etat vaudoise Cesla Amarelle.

echec-aux-examens-faute-a-whatsapp

 

Faut-il taxer Facebook?

A l’occasion d’une intervention au journal de la Radio Suisse Romande, j’ai été amené à m’exprimer sur la motion du Conseil des états invitant le Conseil fédéral à modifier la loi pour exiger de Facebook qu’ils aient une représentation juridique en Suisse pour y assumer leurs responsabilités juridiques. Au delà de mon soutien à cette injonction, je suggérais l’idée d’une taxation répondant aux profits que la plateforme fait en exploitant les données privées des citoyens suisses. Une idée folle?

facebook-cash

 

Le savoir privé des données

Le quotidien Le Temps m’a accordé une courte interview où j’ai pu exprimer mes inquiétudes sur le fait que le pouvoir politique était en train de basculer en faveur du secteur privé reposait également sur la problématique de la détention des données privées par les géants du net. Dans la continuité de mes travaux, j’y propose de mettre de coté un instant les discussions sur la protection sur la sphère privée pour aborder la question du développement du numérique en termes de pouvoir.

Voiture-MS

 

Surveiller et résister

Publication d’un article basé sur un chapitre de ma thèse, écrit en collaboration avec Francesca Poglia Mileti, spécialiste de la sociologie du travail, et édité dans l’ouvrage collectif Les pratiques transformatrices des espaces socionumériques (Presses Universitaires du Québec). Il traite de la façon dont les dispositifs de contrôle, supposément construits par le haut, reposent en fait largement sur des stratégies de pouvoir et des micro-mécanismes interactionnels entre les entreprises, les employés et les individus qui participent à la fabrication de leur propre transparence. Mais s’ils créent ainsi la possibilité de se faire surveiller, ils créent aussi des mécanismes de résistance spontanés. L’article suggère en conclusion qu’il serait intéressant d’examiner des possibilités de résistance contre la surveillance issues de ces interactions plutôt que de se reposer uniquement sur des lois explicites ou des principes de sensibilisation.

carte provigo cadré et net 800p

Ci-dessus une pancarte d’une grande enseigne canadienne affichée aux caisses incitant les clients à signaler les caissières qui ne demandent pas spontanément de présenter leur carte. On leur promet 1000 points de bonus.

Big data et démocratie

A l’occasion du dossier consacré à la façon dont le Big data tend à façonner nos vies et est en train de changer nos sociétés, j’ai exprimé dans l’interview donnée au journal Le Temps mon inquiétude sur le fait que la question des dangers liés à l’accumulation et à l’utilisation des mégadonnées soit bien plus souvent réduite au point de vue, bien que légitime, de la protection de l’individu, et pas assez souvent sous un angle politique plus large.

L170523c